Girls' World - The Cutting Season -
«... L'histoire n'a guère d'importance pour les jeunes filles brutalisées et mutilées sous les yeux de leur propre mère, une mère qui aide parfois à les maintenir en place. Existe-t-il plus grande trahison? Et tout cela au nom de l'amour! Oui de l'amour. Ces mères ne haïssent pas leurs filles. Elles n'ont pas oublié la brutalité qu'elles ont elles-mêmes subie, alors que leur propre mère les empêchait de se débattre. Comment oublier? Le souvenir de la douleur est toujours aussi vif. Oui, elles savent et comprennent, alors que les cris de leurs filles font écho à ceux qu'elles ont elles-mêmes poussés des décennies plus tôt, que sans cet acte barbare, aucun homme n'épousera leurs filles, que l'on accusera d'être sexuellement incontrôlables. Alors, on coupe pour les rendre complètes. C'est l'ironie de l'excision, de la mutilation censée faire d'elles des femmes à part entière! »
...
«... Maintenant, comprenez-vous pourquoi les mères empêchent leurs filles de se débattre et étouffent leurs cris? Elles savent ce qu'il faut faire, ce qu'il faut endurer, ce qu'il faut taire et ce qu'il faut dire pour que leurs filles soient un jour dignes d'avoir un mari. »
Extrait de Foulards et Hymens: pourquoi le Moyen-Orient doit faire sa révolution sexuelle, de Mona Eltahawy [1].

On estime que plus de 200 millions de femmes et de filles en vie aujourd'hui ont été victimes de mutilation génitale féminine dans les pays où cette pratique est la plus courante [2].
Chaque année, on estime que plus de 3 millions de filles risquent de subir une telle intervention.
La mutilation génitale féminine (MGF) comprend toutes les interventions qui impliquent l'ablation totale ou partielle des organes génitaux féminins externes, ou autres blessures infligées aux organes génitaux féminins pour des raisons non médicales [3].

Au Royaume-Uni, la "cutting season" (saison de l'excision) fait référence au moment où les filles sont envoyées à l'étranger (dans le pays d'origine de leur famille) pour y subir une opération de MGF. Le phénomène a lieu en été, pendant les vacances scolaires.



[1] http://www.monaeltahawy.com/

[2] http://www.who.int/reproductivehealth/topics/fgm/prevalence/en/

[3] http://www.who.int/mediacentre/factsheets/fs241/en/